LES ABEILLES AIMENT LE CALCUL

Dernière mise à jour : 23 mai 2019



Et si les abeilles étaient capables de faire des additions et des soustractions ? C'est ce que révèle une récente étude scientifique franco-australienne. Si vous avez du mal à le croire, lisez plutôt cet article...

Des facultés exceptionnelles


Nos petites butineuses ne cessent de nous épater. Leur cerveau d'un millimètre cube renferme environ 960 000 neurones, ce qui est certes 100 000 fois moins que celui de l'être humain mais suffisant pour pouvoir compter jusqu'à 5 et comprendre le concept du zéro. En ce mercredi 6 février 2019, une équipe de chercheurs australiens et français menée par Scarlett Howard, de l'Université RMIT de Melbourne, a fait une nouvelle découverte : les abeilles sont en mesure de résoudre des calculs mathématiques de base !

Le principe de l'étude


Les chercheurs sont partis du constat que les abeilles sont très attentives aux couleurs. Ainsi, l'apidé est placé à l'entrée d'un labyrinthe desservant deux couloirs. L'un conduit à une image sur laquelle est représenté des ronds bleus, l'autre des cercles jaunes. L'objectif est de l'inciter à ajouter 1 au chiffre initial devant des cercles bleus. S'ils sont jaunes, l'abeille doit faire une soustraction.

Une récompense à la hauteur des efforts accomplis


Pour que l'abeille ait envie de faire le bon choix, de l'eau sucrée est dissimulée derrière la réponse correcte. Par exemple, face à deux ronds bleus, elle doit se diriger vers le cliché qui en contient trois. En cas de mauvais choix, une solution amère de quinine lui est proposée, une saveur dont elle a horreur. C'est dans ce contexte que l'abeille parvient à garder sa motivation et comprend qu'elle n'a pas pris la bonne décision. Progressivement, elle finit par assimiler la règle du jeu.

Une intelligence hors du commun


Une vingtaine d'abeilles se sont soumises à l'expérience, à raison d'une journée par insecte. Il s'agit d'un échantillon représentatif de la population, dans le sens où elles ont été sélectionnées au hasard. Au début, le taux de réussite s'élevait à 50 %. Puis, l'amélioration a été progressive, jusqu'à ce qu'il y ait 80 % de bonnes réponses. Comme tout être vivant, il y a nécessairement quelques individus qui se trompent, soit parce que leurs capacités intellectuelles sont limitées, soit parce que certaines abeilles un peu trop gourmandes ne prennent pas le temps de réfléchir, espérant trouver la récompense.

Les abeilles seraient-elles capables d'effectuer des additions et soustractions plus complexes ? Pour en avoir le cœur net, les chercheurs analyseront dans les années à venir le fonctionnement de leur cerveau au moyen d'un système de réalité virtuelle.




53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout